Rohingyas: Stop au prochain Génocide !

  • Publié le 31/05/15 11:53

Rohingyas: Stop au prochain Génocide !

Pétition 

ROHINGYAS: Stop au prochain Génocide !

Exigeons l’arrêt immédiat des crimes contre l’humanité exercés à l’encontre des Rohingyas !


Appel au Rassemblement

 

Appel au Rassemblement des organisations des droits de l’Homme et de toutes celles et ceux qui refusent d’être complices des crimes contre l’humanité exercés à l’encontre des ROHINGYAS et qui souhaitent briser le SILENCE de l’INDIGNITE!

Rassemblement prévu le 10 décembre 2015 à 19h00, date d’anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme (1948) et de la journée internationale des droits de l’homme, devant l’ambassade de BIRMANIE à PARIS !


La Birmanie a adopté en 1982 une loi restrictive sur la nationalité et qui exclut de facto les Rohingyas. Cette minorité religieuse représente moins de 5% de la population birmane (de cinquante et un millions d'habitants).

Les Rohingyas sont depuis, dépourvus de tout statut juridique et sont donc considérés comme apatrides. L'article premier de la Convention de New York du 28 septembre 1954 relative au statut des apatrides, stipule que « le terme « apatrides » désigne une personne qu'aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation ».

Autrement dit, un apatride est une personne qui ne possède aucune nationalité, juridiquement, elle n'existe pas et socialement cela entrave jusqu'à sa propre liberté (se déplacer, voyager, posséder ...)

Depuis 2012, les Rohingyas sont victimes d'atroces persécutions. En effet, le bonze Ashin Wirathu appelle à éliminer les musulmans Rohingyas. Les autorités Birmanes restent silencieuses face à ce drame et semble même l'encourager

Par ailleurs, malgré le fait que l’ONU considère les Rohingyas comme « l’une des ethnies les plus persécutées du monde », il n'existe à ce jour, que très peu d'actions internationales afin de faire cesser ce génocide !

L’article premier de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide du 9 décembre 1949 stipule que : « Les Parties contractantes confirment que le génocide, qu'il soit commis en temps de paix ou en temps de guerre, est un crime du droit des gens, qu'elles s'engagent à prévenir et à punir »

C’est à ce titre que nous demandons au Secrétaire Général des Nations Unies, ainsi qu’à ses membres, à l’Union Européenne et en particulier au président de la république Française M. François Hollande de tout mettre en œuvre afin de stopper les crimes contre l’humanité exercés à l’encontre des Rohingyas, de stopper le prochain génocide qui sévit actuellement Birmanie et d’agir pour rétablir la nationalité et les droits de cette minorité persécutée.

Nous exigeons une condamnation ferme du moine Ashin Wirathu et des coauteurs des crimes ainsi que des sanctions à l’égard des autorités Birmanes.

Nous appelons l’ensemble des organisations de défense des Droits de l’Homme ainsi que toutes celles et ceux qui refusent d’être complices de ces crimes abjectes et du silence, à un rassemblement pacifique et solidaire en faveur des Rohingyas  devant l’ambassade de la Birmanie à Paris le 10 décembre 2015 à 19h00, date d’anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 et journée internationale des droits de l’homme.

 

Ouahid ABASSI

Président de DIGNITE International





Sources :